Cette 12ème édition de la Transat Jacques Vabre, à quelques 360 milles de son terme, tarde à lever le voile sur le nom de son lauréat catégorie Class40. Un nouveau passage à niveau, véritable chausse-trappe météorologique, s’est en effet abaissé voici 24 heures sur le monocoque LE CONSERVATEUR, littéralement coincé hier encore dans son option de route au plus près des côtes du Brésil. Yannick Bestaven et Pierre Brasseur l’avouent volontiers, c’est un lundi sous haute tension qu’ils viennent de vivre, dans l’angoisse de se voir déborder au large par un V and B, avec à l’esprit la troublante et inquiétante inconnue des événements parisiens dont ils n’ont perçu que quelques bribes. Le duel final est engagé, et le dénouement ne sera connu qu’au tout dernier instant. Hitchcockien !

« On respire mieux aujourd’hui, après une journée « Hitchcokienne! » La voix est calme, posée, amusée même. Yannick Bestaven a, de toute évidence, digéré les affres d’un nouveau symptôme « pot au noir » vécu hier lorsque, à l’inverse de toute prévision et de toute analyse météo, le vent s’est fait non seulement contraire à la marche du bateau, mais instable et asthmatique. « Nos routages prévoyaient l’arrivée d’un vent de nord, puis nord-est fraîchissant à la côte » explique Yannick , « et comme c’est souvent le cas en cet endroit, à hauteur du Cap Frio, l’entrée dans la grande baie de Rio, rien ne correspondait à nos fichiers. On est resté au près en route vers le rivage, avec le risque grandissant de se voir encalminé. »

C’est Pierre Brasseur qui a tenu bon face à la tentation de virer de bord.

« J’étais prêt à repartir dans l’est, et Pierre a insisté pour qu’on aille au bout de notre option »

souligne Yannick. Bien leur en a pris, puisque depuis ce matin, le vent souffle à nouveau avec régularité et pression aux allures portantes dans les voiles du Class40 
LE CONSERVATEUR.

« On est rassuré car le vent va aller forcissant, à une allure très favorable au bateau. On espère que c’était là le dernier « passage à niveau » ! Il reste de la route, mais en ligne droite et en vitesse pure. On va défendre nos chances jusqu’au bout en donnant tout ce qu’il nous reste d’énergie. »

L’équipage du Class40 LE CONSERVATEUR a déjà beaucoup donné, barrant en permanence ces derniers jours dans l’alizé afin de tenir à distance le redoutable duo Sorel-Manuard revenu à une petite douzaine de milles aujourd’hui. « On est en tête depuis si longtemps, qu’il nous semblerait injuste de ne pas l’emporter » précise Yannick Bestaven. « Mais c’est la loi du sport! ».

Estimated Time of Arrival : dans la nuit de mercredi à jeudi heure française.

Retrouvez tous les classements sur le site officiel de la transat
http://www.transat-jacques-vabre.com/fr/classement#class40
Ainsi que la cartographie actualisée toutes les 30 minutes :
http://tracking.transat-jacques-vabre.com/fr/